Fax: Mobile: Téléphone: Fermer Download image Retour en haut Imprimer
1711526400000

EnBW enregistre un résultat exceptionnel pour l’exercice 2023 et confirme son positionnement solide sur le marché

Télécharger l'image

Ces dernières années, grâce à sa structure intégrée, EnBW a résolument axé son action sur la transition énergétique ; un cap que l’entreprise a maintenu avec succès durant l’exercice 2023 en réalisant un résultat opérationnel (EBITDA ajusté) de 6,4 milliards d’euros, soit une augmentation de 60 % par rapport à 2022 (3,97 milliards). Ce résultat se situe ainsi dans la fourchette supérieure des prévisions, qui avaient déjà été relevées au troisième trimestre 2023. Cette nette augmentation de l’EBITDA ajusté est essentiellement due aux évolutions positives dans le secteur de l’infrastructure de production, qui a contribué à plus de 70 % au résultat total. La disparition des dépenses ponctuelles de 2022 dues à la guerre en Ukraine a également eu un effet positif sur le résultat.

« Ce très bon résultat nous permettra dans les années qui viennent d’augmenter encore nettement nos investissements dans la transition énergétique. La poursuite du développement des énergies renouvelables et de l’infrastructure des réseaux, ainsi que la modernisation des centrales afin d’en augmenter la puissance disponible, sont nos priorités. Nous entendons aussi investir pour continuer de développer les secteurs de l’infrastructure de recharge pour l’électromobilité et de la transition énergétique décentralisée domestique », a déclaré aujourd’hui le président du directoire, Georg Stamatelopoulos, lors de la présentation des chiffres de l’entreprise à Stuttgart. Il poursuit : « Notre but et notre ambition consistent à associer efficacement trois objectifs primordiaux de l’approvisionnement énergétique : la durabilité, la sécurité d’approvisionnement et des prix abordables, et ce dans l’intérêt de la transition énergétique et des consommateurs. Actuellement seule grande entreprise énergétique à structure intégrée en Allemagne, nous sommes présents à tous les niveaux de la chaîne de création de valeur. Nous en comprenons toutes les étapes et enjeux, de la fabrication à la livraison chez le client en passant par les réseaux. Cette perspective holistique nous confère une large responsabilité dans divers domaines. »

Thomas Kusterer, vice-président du directoire et directeur financier, a ajouté à ce propos : « L’an dernier, nous avons investi un montant brut de près de cinq milliards d’euros. Nous devons cela non seulement à notre très bon résultat opérationnel en 2023, mais aussi aux partenaires qui se sont engagés à long terme à hauteur de 49,9 % dans la filiale gestionnaire de réseaux TransnetBW et dans notre parc éolien offshore He Dreiht. C’est conjointement avec eux que nous réaliserons les investissements futurs dans le réseau de transport et la construction du parc éolien. »

« En ce qui concerne le financement par le marché des capitaux », poursuit-il, « nous continuons d’appliquer notre stratégie résolument axée sur la durabilité. Notre nouvel indicateur-clé de performance, la ‘part d’investissements conformes à la taxonomie verte’, constitue un facteur concurrentiel important pour accéder au marché des capitaux : en 2023, 87 % de nos investissements étaient déjà respectueux de l’écologie, conformément à la taxonomie européenne. Grâce à notre structure financière solide et à notre bon bilan, nous bénéficions en outre d’un ratio de solvabilité élevé. »

Télécharger l'image

Des investissements nettement plus élevés dans des projets de croissance

Les investissements bruts du groupe EnBW s’élevaient à quelque 4,9 milliards d’euros en 2023, soit une hausse de 56 % par rapport à l’année précédente. Environ 80 % de cette somme ont été investis dans des projets de croissance, par exemple dans le parc éolien offshore He Dreiht d’une puissance de 960 MW, dans le développement des réseaux de transport et de distribution d’électricité ainsi que dans la construction de centrales au gaz compatibles avec l’hydrogène et flexibles. Pour le directeur financier Thomas Kusterer, « le passage à un monde énergétique respectueux du climat et décarboné exige de gros investissements. Dans les années à venir, la majorité de ces investissements sera dédiée au développement non seulement de l’infrastructure des réseaux d’électricité, de gaz et d’hydrogène, mais aussi des énergies renouvelables et à la création d’une production d’électricité disponible, avec une empreinte carbone plus faible. »

Télécharger l'image

Hausse du bénéfice net consolidé et proposition de distribution des dividendes

A 2,8 milliards d’euros, le bénéfice net consolidé ajusté d’EnBW se situe en 2023 nettement au-dessus de celui enregistré lors de l’exercice précédent, principalement en raison de la forte hausse de l’EBITDA ajusté. Lors de l’assemblée générale, la distribution d’un dividende de 1,50 euro par action sera proposée. L’an dernier, le dividende par action s’élevait à 1,10 euro, ce qui correspond à une augmentation de 36 %, soit un taux de distribution modéré de 15 %. Davantage de fonds resteront ainsi disponibles pour les investissements nécessaires à la transition énergétique dans l’entreprise.

Télécharger l'image

Résultats des différents secteurs d’activité : forte hausse pour la production et les réseaux

Dans le secteur de l’infrastructure de production, le résultat opérationnel a augmenté à 4,6 milliards d’euros, soit quelque 78 % de hausse.

Dans le secteur des énergies renouvelables, environ 300 MW d’éolien et de photovoltaïque ont été mis en service en 2023, ce qui correspond à une part de 47 % de la puissance installée totale. Avec un résultat de 1,1 milliard d’euros, l’EBITDA ajusté des renouvelables se situe au niveau de l’année précédente. L’évolution positive du résultat du fait de l’expansion et de la hausse de production d’électricité par rapport à l’année d’avant dans les centrales hydroélectriques a été contrebalancée par la baisse des prix de la vente directe des productions d’énergie éolienne et photovoltaïque.

Le secteur de la production thermique et du négoce a joué un rôle décisif dans l’augmentation du résultat de l’infrastructure de production. Ainsi, l’EBITDA ajusté a enregistré une croissance qui l’a porté à près de 3,6 milliards d’euros. La hausse des prix de couverture pour la vente de la production est l’une des raisons de cette amélioration par rapport à l’an dernier. Dans le contexte de l’augmentation des prix du marché et de leur volatilité, le prix de l’électricité a nettement augmenté. De plus, les effets négatifs liés à l’arrêt des livraisons de gaz russe et la recherche d’approvisionnement alternatif de la filiale VNG pour les compenser n’étaient plus d’actualité.

Dans le secteur de l’infrastructure d’importance systémique, c’est-à-dire les réseaux de transport et de distribution d’électricité et de gaz, l’EBITDA ajusté s’est élevé à environ 1,8 milliard, en hausse de près de 68 % par rapport à l’année précédente. Les investissements accrus dans le développement des réseaux, nécessaire à la transition énergétique, se sont traduits par une hausse des revenus issus de l’exploitation des réseaux. En même temps, à la différence de 2022, les dépenses plus élevées pour la réserve de réseau, y compris pour le réacheminement, c’est-à-dire l’utilisation des centrales de réserve pour maintenir la sécurité d’approvisionnement, étaient déjà entièrement incluses en 2023 dans les tarifs d’utilisation des réseaux.

Dans le secteur infrastructure intelligente à destination des clients finaux, l’EBITDA ajusté s’élevait l’an dernier à quelque 240 millions. Son net recul de 52 % cette année est essentiellement dû à des effets ponctuels. Ainsi, par rapport à 2022, des dépenses nettement plus élevées dans le secteur des batteries domestiques au sein de la filiale photovoltaïque SENEC ainsi que la déconsolidation de bmp Greengas ont grevé le résultat.

Télécharger l'image

Prévisions pour 2024 : un recul attendu

Pour l’exercice en cours, EnBW s’attend pour le groupe à un EBITDA ajusté entre 4,6 et 5,2 milliards d’euros.

Pour Thomas Kusterer, cette prévision à la baisse s’explique par « la baisse de volatilité des marchés et dans le fait que nous pensons vendre l’électricité produite dans nos installations à des prix encore plus bas qu’en 2023. Par conséquent, nous ne pourrons pas reproduire à l’avenir le très bon résultat de 2023 dans le secteur de la production thermique et du négoce. »

Cela signifie globalement pour le secteur de l’infrastructure de production qu’il faudra s’attendre à un recul de l’EBITDA ajusté, qui se situera entre 2,6 et 3,1 milliards d’euros. Les énergies renouvelables devraient contribuer à hauteur de quelque 1,3 milliard d’euros à l’EBITDA ajusté. Dans le secteur de l’infrastructure d’importance systémique, la prévision se situe entre 1,9 et 2,2 milliards d’euros. Le secteur de l’infrastructure intelligente à destination des clients finaux devrait quant à lui contribuer au résultat du groupe pour l’exercice en cours avec un EBITDA ajusté situé entre 250 et 350 millions d’euros.

Télécharger l'image

Perspectives d’avenir : la neutralité carbone, un enjeu majeur

« La stratégie EnBW 2025 est une excellente base », a déclaré Georg Stamatelopoulos au sujet de l’orientation de l’entreprise dans les années qui viennent. « C’est sur elle », poursuit-il, « que nous nous appuierons et que nous continuerons de développer notre structure intégrée, avec des éléments de croissance dans tous les secteurs. Les investissements bruts de 40 milliards d’euros, prévus jusqu’en 2030 et dont 90 % seront effectués en Allemagne, l’illustrent bien. De ce fait, EnBW fait partie outre-Rhin des plus grands investisseurs dans la transition énergétique ».

En même temps, le nouveau président du directoire a souligné l’importance de la neutralité carbone, un objectif que l’entreprise poursuit dans toutes ses activités. « Nous maintenons le cap », a-t-il déclaré, « en vue d’atteindre l’objectif de la neutralité carbone d’ici 2035. L’accélération du développement des énergies renouvelables, de l’infrastructure des réseaux et de l’infrastructure de recharge demeure par conséquent notre priorité. Parallèlement, nous continuons de miser résolument sur la modernisation des centrales afin d’en augmenter la puissance disponible. Par ces mesures, EnBW garantit l’approvisionnement de manière décisive dans un monde énergétique qui se dirige vers la neutralité carbone. » Pour y parvenir, le groupe prévoit d’embaucher quelque 9 600 personnes dans les années qui viennent.

« Il nous faut des conditions d’investissement claires et la perspective d’un refinancement durable des sommes investies », a en outre souligné le patron d’EnBW. Il explique porter pour cela un regard attentif sur l’évolution de la politique. « Cette année, la stratégie concernant les centrales devra constituer une base pour les investissements dans une puissance garantie. Les premiers éléments essentiels en ont certes été dévoilés, mais bien des choses restent floues. Si l’on veut que des centrales soient créées rapidement, il faudra vite tirer toutes ces choses au clair et que des appels d’offres soient lancés dès cette année », a déclaré Georg Stamatelopoulos.

Télécharger l'image
À propos d'EnBW

Avec plus de 28 000 employés, EnBW Energie Baden-Württemberg AG est l'une des plus grandes entreprises d'énergie en Allemagne et en Europe. Elle fournit de l'électricité, du gaz, de l'eau ainsi que des services et des produits dans les domaines de l'infrastructure et de l'énergie à environ 5,5 millions de clients.

Dans le cadre de la réorientation du groupe de fournisseur d'énergie classique vers une entreprise d'infrastructure durable, le développement des énergies renouvelables ainsi que des réseaux de distribution et de transport d'électricité et de gaz sont les piliers de la stratégie de croissance d'EnBW et les axes majeurs de ses investissements. Entre 2023 et 2025 EnBW investira environ 14 milliards d'euros bruts, en grande partie pour accélérer la transition énergétique. Dès fin 2025, plus de la moitié du portefeuille de production d'EnBW sera constituée d'énergies renouvelables, et l'objectif est de sortir du charbon d'ici fin 2028. Il s'agit là de jalons essentiels pour atteindre l’objectif fixé par le groupe de neutralité climatique en 2035.

Plus d’informations sur www.enbw.fr